Click here for sex and arab porn video.

Amazing Belle Delphine page nude photo and video

Watch free xnxx arab sex on best arab porn tube

Rich choice ofsex movies with arab porn acctres

Sexsaoy.com for sex pictures nad arab porn moovies

Author Archive Michel DURIEUX

4ème Plan Greffe pour la période 2022-2026

Le 4ème Plan Greffe portant sur la période 2022-2026 vient d’être rendu public.

L’Agence de la Biomédecine a pris en compte nombre de contributions, dont le Manifeste publié par le Collectif Greffes Plus et présenté dans le cadre des Assises Nationales du Don d’Organes, le 14 Octobre 2021.

Plusieurs recommandations essentielles ont été relayées pour atteindre une finalité : Plus de prélèvements pour plus de greffes.

Retrouvez ici :

Le Plan ministériel pour le prélèvement et la greffe d’organes et de tissus 2022-2026

Le communiqué de presse du collectif greffe plus

Manifeste pour le don d’organes (réalisé par le collectif

 

TRANSHEPATE rend visite au CHU de Fort de France

Le « Ruban vert » attend patiemment au ponton n° 5  du Marin le cargo qui le rapatriera soit à Lorient soit à la Rochelle.

Les 2 audacieux et intrépides marins, que nous congratulons encore pour leur superbe 18ème place pour la transat, ont repris leurs esprits, la course est certes terminée mais, il nous restait une tâche très importante à accomplir… nous rendre au CHU de Fort de France afin d’offrir Nemo et sa fratrie aux enfants hospitalisés.

Nous y avons reçu un accueil des plus chaleureux dans le service de réanimation pédiatrique et de néonatologie. Ce sont des docteurs Juliette Manque et François Lion qui nous ont reçus et avec qui nous avons fait une visite afin d’offrir un ourson rouge aux petits malades hospitalisés.

Le petit Lucas avec un grand sourire baptisa instantanément son ourson Teddy. Nous avons distribué des rubans verts au personnel du service afin de rappeler que le don d’organes était le fer de lance pour Paul et Jean-Yves qui ont initié cette transat à bord de « Ruban vert » afin de mettre en exergue notre credo  » plus de dons pour davantage de greffes ».

A la sortie de l’hôpital  la très sympathique M MERETTE Fortuné, Présidente de France Rein, nous accompagna à la Maison des Usagers où nous attendait Jeanne EMERANTE DEFOY, Présidente de France Assos Santé Martinique. Nous avons eu un échange fort chaleureux avec ces 2 charmantes personnes très motivées et très investies dans de nombreuses missions.

Au cours de ces discussions, il nous est apparu qu’il n’y avait aucun suivi dans l’Île pour les greffés hépatiques. Les greffés restent de longues semaines dans l’Hexagone puis rentrent aux Antilles lorsque leur état est satisfaisant et leur traitement équilibré. Si survient une décompensation, le patient est redirigé vers les hôpitaux de la région parisienne (Beaujon et Paul Brousse principalement).

Madame DEFOY nous expliqua que le travail devait se faire en amont dans nos régions, où il faudrait pouvoir établir une liste de patients greffés habitant la Martinique.

Actuellement, il n’y a aucune liste et les patients ne sont pas répertoriés.

Après cette après-midi  chaleureuse et positive, nous avons quitté ces très souriantes personnes en se promettant une collaboration étroite dans l’avenir.

Paul CODRON – Jean-Yves BONSERGENT – Anne-Marie WILMOTTE

Photos : Anne Marie WILMOTTE -Avec l’autorisation des parents de ces petits patients.

Mis en ligne le 25.02.2022
MD

Transquadra : Ils l’ont fait !

ILS L’ONT FAIT !

Le 15 Février 2022, après 16 jours,  17h 26 minutes et 47 secondes dans l’Atlantique, l’équipage du Ruban Vert est arrivé au Marin le matin vers 7h.

Un grand BRAVO à nos Héros
 Paul CODRON (Greffé hépatique) et Jean Yves BONSERGENT

En attendant leur récit, retrouvez ci-desous une petite vidéo de leurs premiers commentaires

( cliquez sur la photo pour
accéder à la vidéo)
 

 Voir quelques photos :

Mis en ligne le 17/02/2022
MD

Don de sang : il y a urgence à donner dès maintenant !

Le niveau des réserves de sang de la France est aujourd’hui en dessous du seuil de sécurité et cela depuis plusieurs jours. Nous devons tous nous mobiliser pour contribuer à soigner les patients et sauver des vies.

Si une seule poche de sang n’a jamais manqué en France pour soigner les patients et particulièrement au cours des deux années écoulées de crise sanitaire, l’EFS fait aujourd’hui face à une situation critique et c’est ce qui l’amène à publier un « bulletin d’urgence vitale » pour la première fois de son histoire. Le stock de produits sanguins est en dessous du seuil de sécurité et cela depuis plusieurs jours.

70 000 poches de globules rouges sont aujourd’hui
en réserve alors qu’il en faudrait 100 000.

Deux années de tensions permanentes liées aux impacts générés par le Covid (annulations de collectes en entreprises et en universités, plus faible mobilisation des donneurs, difficultés de recrutement de personnel médical) ont considérablement affecté la collecte de sang.

La vague liée au variant Omicron, qui a touché en quelques semaines plusieurs millions de Français, a ajouté deux éléments critiques : l’auto-ajournement de certains donneurs de sang et un fort taux d’absentéisme du personnel de l’EFS.

Cette situation pourrait s’avérer dangereuse à court terme pour soigner les patients. Cette perspective est absolument inenvisageable.

L’EFS rappelle aujourd’hui avec force et gravité l’importance du don de sang dans le système de santé publique : 10 000 dons sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients dont une grande majorité trouve dans les transfusions sanguines la seule alternative pour être soignés.

Partagez votre pouvoir, Faites-le savoir autour de vous

En savoir plus  sur le site Internet de l’EFS => ICI

Sources : EFS
Mis en ligne le 12/02/2022
MD

Faisons le point sur les vaccinations anti-covid-19

A ce jour, il faut reconnaître que la communication au niveau de la vaccination et des traitements est assez hétéroclite.

En dehors de la communication dans les médias qui souvent est tronquée, beaucoup de nos centres de suivis restent muets parfois difficilement joignables et nous savons que vous êtes inquiets, je le sais par vos témoignages nombreux et vos appels.

Transhépate avec d’autres associations a signé plusieurs lettres au gouvernement et aux instances concernant nos attentes (JDD , lettre pour les masques FFP2 , que vous pouvez retrouver sur notre site).

Je vais essayer de vous donner quelques précisions sur la situation dans l’état actuel de l’art, sachant que cela change assez rapidement. Je vous donne les recommandations nationales, mais je vous conseille de vous rapprocher de votre centre, car chaque centre a souvent adapté ces consignes nationales. Ce qui rend la compréhension encore plus complexe, mais vous connaitrez au moins les recommandations nationales. De plus vous avez dû recevoir une lettre de la CPAM. Et y il a aussi les recommandations sur le site de la SFT ( Société Francophone de Transplantation) en date du 3 janvier 2022, qui ne parle que d’un rappel. Il existe aussi des protocoles à 3 ou 4 injections initiales selon la recommandation de la DGS du 28 janvier 2022.

Pour information seulement 45,3 % des transplantés hépatiques ont reçu à ce jour une dose de rappel.

Concernant la vaccination

Vous devez avoir eu au moins tous 3 injections (sauf si vous avez fait le Covid avant ou pendant le protocole de vaccination, voir protocole spécial pour vous ).

Vous allez avoir un dosage d’anticorps Spike 15 jours à 3 semaines après cette 3eme injection

  • Si protocole 3 injections passage chapitre 1er rappel sinon voir ci-dessous
  • Soit, vous êtes au-dessus de 264 BAU/ml et vous aller recevoir une quatrième injection (Pfizer ou Moderna ®) si protocole en 4 injections sinon passer étape suivante
  • Soit, vous êtes en-dessous de 264 BAU/ml et vous êtes éligibles aux protocoles d’anticorps monoclonaux.

Trois mois après cette 4ème dose, il est prévu un dosage d’anticorps Spike .

  • Soit, vous êtes au-dessus de 264 BAU/ml et vous aller recevoir un premier rappel (de préférence Moderna ®)
  • Soit, vous êtes en-dessous de 264 BAU/ml et vous êtes éligibles aux protocoles d’anticorps monoclonaux

Trois mois après ce premier rappel, à nouveau un dosage d’anticorps Spike

  • Soit, vous êtes au-dessus de 264 BAU/ml et vous aller recevoir un deuxième rappel (de préférence Moderna ®)
  • Soit, vous êtes en-dessous de 264 BAU/ml et vous êtes éligibles aux protocoles d’anticorps monoclonaux

Ensuite sérologie anticorps anti Spike à faire 15 jours après cette dose

  • Soit, vous êtes au-dessus de 264 BAU/ml et vous êtes considérés comme protégé avec sérologie anticorps Spike à faire tous les 3 mois
  • Soit, vous êtes en-dessous de 264 BAU/ml et vous êtes éligibles aux protocoles d’anticorps monoclonaux

Bien sûr les mesures de protection sanitaire restent importantes et le port du masque FFP2 est recommandé (La prise en charge pour les patients à haut risque sur prescription des masques FFP2 a été validée au niveau du gouvernement dans la limite de 20 masques pour 2 semaines ou 50 pour 5 semaines.  (Arrêté du 1er février 2022 )

Il a été publié que les rappels avec Moderna® après des premières injections Pfizer ® est plus réactivant que par un rappel par Pfizer®.

Les examens sérologiques (dosage anticorps Spike) sont pris en charge par l’assurance maladie sur prescription médicale (médecin traitant ou médecin du centre de greffe) dans le cadre personne à hauts risques

L’absence d’anticorps est une notion à valider et le protocole à adapter avec le médecin de votre centre de greffe.

La primo vaccination des personnes vivant dans l’entourage d’une personne sévèrement immunodéprimée ou à risque de forme grave de covid 19 est fortement recommandée dès l’âge de 5 ans.

Vous n’avez pas d’anticorps est vous attrapé la COVID , contacter d’urgence votre centre de greffe.

Concernant les traitements :

Je vous rappelle : On parle de 3 indications :

  • Préexposition (avant que vous soyez exposé si votre taux d’Anticorps est bas)
  • Post exposition (si vous êtes cas contact)
  • Curatif (quand vous avez le covid)

Anticorps monoclonaux :

  • RONAPREVE® de Roche (casirivimab/imdevimab) est inactif sur Omicron dont n’est plus recommandé en Préexposition, reste actif en compassionnel en post exposition et curatif si Delta ou si on ne sait pas. Injection tous les mois.
  • EVUSHELD® d’Astrazeneca (tixagevimab/cilgavimab) est actif sur les deux Omicron et Delta , peut être utilisé en Pré et Post exposition, il pourrait être utilisé à domicile mais actuellement les mises en applications restent difficiles, attention n’est pas recommandé aux personnes prestants au moins deux pathologies cardiovasculaires, donc demande une validation au cas par cas. 1 injection intramusculaire de 150 mg dans chaque fesse avec une surveillance médicale de 30mn, couvrirait 6 mois
  • XEVUDY® de GSK (Sotrovimab) autorisation en accès précoce par HAS depuis el 6 janvier 2022 , une injection IV de 500 mg reconstitué , attention aux insuffisances rénales sévères et personnes âgées adaptation des posologies

Les traitements

  • PAXLOVID® de Pfizer est autorisé depuis le 21 Janvier par HAS . Accessible en ville , 3 cps deux fois par jour pendant 5 jours . Mais de nombreuses contre-indications Insuffisants rénaux sévères , insuffisants hépatiques sévères, grossesses mais aussi dues aux interactions médicamenteuses en particulier avec nos immunosuppresseurs donc très difficilement adaptable pour nous
  • VEKLURY® laboratoire Gilead ( Remdesivir) en cours de réévaluation

J’ai essayé d’être le plus clair possible, pour toutes questions n’hésitez pas à nous contacter . Bien sûr ces informations n’ont pas pour objet de se substituer aux règles de vos centres, mais on pour valeur de vous informer sur les règles gouvernementales.

Je suis aussi preneur de toutes vos remontés concernant l’application ou non de ces règles dans vos centres , les difficultés à recevoir des anticorps monoclonaux . ( Mon email Transhepat

Rédacteur : Éric BULEUX-OSMANN
Président TRANSHEPATE

Mise en ligne le 02/02/22
MD

Lettre adressée le 5 janvier 2022 au ministre de la santé concernant les mesures de protection face au COVID 19

Lettre adressée le 5 janvier 2022 au ministre de la santé concernant les mesures de protection face au COVID 19 pour les personnes à hauts risques  (en particulier masques FFP2)

 

Monsieur le Ministre,

L’épidémie de COVID-19 frappe depuis maintenant deux ans les Français. Les patients immunodéprimés, pour la plupart, ne répondent que peu ou pas à la vaccination contre la COVID-19. Parmi eux, les malades atteints de cancers hématologiques, les patients transplantés, dialysés font partie des personnes qui ont payé le plus lourd tribut depuis le début de la crise sanitaire.

Aujourd’hui, la prédominance du variant Omicron expose ces patients immunodéprimés que nous représentons à un risque majeur. La contagiosité accrue de ce variant a pour conséquence une contamination beaucoup plus rapide et exponentielle de la population. Les malades immunodéprimés – bien qu’ayant reçu trois ou quatre doses de vaccin – représentent aujourd’hui jusqu’à 30% des hospitalisations en réanimation pour COVID-19. Leur risque de décès est supérieur de 20% par rapport à la population générale.

Dès lors, il nous revient à tous, élus, autorités de santé, professionnels de santé, associations de patients, de tout mettre en œuvre pour les protéger. Nous avons à ce sujet adressé une lettre ouverte à l’attention du Président de la République publiée dans le Journal du Dimanche le 1er janvier dernier (voir PJ).

https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/covid-19-lappel-a-macron-des-patients-immunodeprimesface-a-lhecatombe-qui-les-menace-4085515

Le masque FFP2 fait partie des mesures de protection adaptées. L’efficacité accrue des masques FFP2 par rapport aux masques chirurgicaux classiques fait l’objet d’un consensus scientifique [1] ; il réduit drastiquement le risque pour celui qui le porte, en plus de protéger les personnes qui l’entourent. Plus efficace, le FFP2 est également beaucoup plus onéreux. Le budget mensuel requis pour une personne y ayant recours est évalué entre 100 et 200 € par mois (variable en fonction de la fréquence des sorties du domicile).

Pour un malade, il s’agit d’une charge financière qui vient s’ajouter à un ensemble de restes à charges inhérents à sa pathologie (produits et prestations non remboursés, déplacements pour les consultations, soins de support ou de «confort », etc.), ce qui risque d’amener certains patients à renoncer au port de ce type de masques.

Par ailleurs, l’information publique sur la pertinence d’un tel dispositif de protection est pratiquement inexistante, alors que certains pays comme l’Italie ont rendu son usage obligatoire et en ont réglementé le prix, qui ne peut désormais dépasser 0,75 euros contre 0,50 à 1,50 euros en France.

Afin de protéger les patients et d’endiguer la diffusion du SARS-COV-2, nous souhaitons que l’approvisionnement des personnes immunodéprimés en masques FFP2 soit pris en charge par l’Assurance Maladie, et ce dans les meilleurs délais.

Par ailleurs, les personnes immunodéprimées doivent faire l’objet de messages de prévention portés par l’État et relayés par les médias, les messages de prévention portés par l’État et relayés par les médias, les appelant à se protéger en portant des masques FFP2 de façon adéquate, tout en procédant éventuellement à un auto-confinement transitoire.

Face à la menace qui se présente, nous vous appelons à intervenir pour mettre en œuvre les mesures nécessaires afin de protéger ceux qui, sans le soutien de l’État, pourraient se voir frappés encore plus durement par le virus.

Restant à votre disposition pour tout échange et comptant sur votre implication dans la protection des personnes vulnérables que nous représentons, nous vous prions, Monsieur le Ministre, d’accepter nos plus sincères salutations.

  • Guy Bouguet, président de Ellye
  • Eric Buleux-Osmann, président de Transhépate
  • Jan-Marc Charrel, président de France Rein
  • Pierre Foucaud, président de Vaincre la mucoviscidose
  • Pascal Mélin, président de SOS hépatites
  • Nathalie Mesny, présidente de Renaloo
  • Danielle Vacher, présidente de l’Andar

PJ : Lettre ouverte à Emmanuel Macron publiée dans le JDD le 1er janvier 2021.

[1] Gholamhossein Bagheri and al. In PNAS.

Soirée santé sur le thème du Microbiote intestinal

Lundi 7 février 2022 à 18h : prochaine soirée santé organisée par la Librairie Mollat et le CHU de Bordeaux sur le thème du microbiote intestinal.

« LE MICROBIOTE INTESTINAL DE A À Z »

Le microbiote intestinal c’est quoi ? A quoi ça sert ?… Pour cette nouvelle édition, le Pr David Laharie, Responsable de l’unité de gastroentérologie et nutrition au CHU de Bordeaux aborde le thème du microbiote et répondra à toutes les questions. 

Une conférence à retrouver en présentiel à la Station Ausone (Bordeaux) ou en ligne, en direct sur le compte Facebook ou sur la chaîne YouTube de la Librairie Mollat

Le Professeur David LAHARIE est gastroentérologue au CHU de Bordeaux, responsable du service de gastroentérologie et nutrition de l’Hôpital Haut-Lévêque. Son équipe est plus particulièrement spécialisée dans le domaine des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) et de l’insuffisance intestinale.

DÉCOUVREZ 3 QUESTIONS EN AVANT-PREMIÈRE :

 

  • Le microbiote intestinal, anciennement dénommé « flore digestive », est un véritable organe que nous abritons dans notre tube digestif. Il s’agit d’un écosystème varié qui contient de très nombreux micro-organismes que ce soient des bactéries, des virus ou des champignons. Nous sommes ainsi tous porteurs d’1,5 à 2 kg de microbiote ce qui correspond à environ 100 000 milliards de bactéries !
  • Notre microbiote intestinal est un organe vivant, dynamique qui interagit en permanence avec notre organisme. Les progrès des techniques de biologie moléculaire ont permis depuis 15 ans de mieux connaitre sa composition et sa fonction que ce soit en situation normale ou en pathologie humaine. Il est désormais établi que le microbiote intestinal est impliqué dans de très nombreuses maladies à la fois de l’appareil digestif mais qui peuvent aussi concerner d’autres organes.
  •  Cette meilleure compréhension de maladies parfois complexes pourrait permettre d’entrevoir de nouvelles solutions thérapeutiques. A ce jour, le microbiote intestinal constitue une piste thérapeutique encore balbutiante mais pleine de promesses.

CONFÉRENCE ACCESSIBLE EN PRÉSENTIEL

Lieu : Station Ausone
8 rue de la vieille Tour à Bordeaux
Dans la limite des places disponibles (jauge adaptée à 97 personnes)

 CONFÉRENCE ACCESSIBLE EN VIRTUEL

Connectez-vous : en direct
sur le compte Facebook et la chaine YouTube de la librairie Mollat
https://fr-fr.facebook.com/Librairiemollat/
https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat

EN DIFFÉRÉ

sur les chaines YouTube du CHU de Bordeaux et de la librairie Mollat

Enquête sur la revue fédérale « HEPAT INFOS »

La fédération TRANSHEPATE, à laquelle notre association AMATHSO est affiliée, a décidé de lancer une enquête auprès des adhérent(e)s, des lecteurs, lectrices et partenaires de nos associations régionales.
Le but de ce sondage d’opinion est de connaître le niveau de satisfaction et de recenser les attentes sur cette revue semestrielle.
Merci de bien vouloir prendre trois minutes de votre temps, pour nous donner votre sentiment et nous permettre ainsi d’adapter la revue à vos attentes.

Retrouvez l’enquête en ligne sur la plateforme de FRAMAFORMS ou bien remplissez directement le questionnaire sur cette page sans oublier de cliquer sur le bouton « soumettre » en fin de page.

Merci pour votre contribution

Recommandations de l’Agence de la Biomédecine

Rappel des recommandations de l’Agence de la Biiomédecine (ABM) relatives à la poursuite des activités de prélèvement et de greffe d’organes et de tissus en période de rebond de l’épidémie de COVID-19

Communiqué de BMSHV (Bordeaux Métropole Sans Hépatites Virales)

COMMUNIQUĖ DE PRESSE 

Bordeaux, le 18 janvier 2022

 « Bordeaux, première métropole française sans hépatite virale » 
La campagne de sensibilisation s’affiche sur le tram bordelais

A compter du 18 janvier, une rame de la ligne C du tramway de Bordeaux métropole s’habille aux couleurs de « Bordeaux Métropole Sans Hépatite Virale » jusqu’au 1er février 2022.

Les hépatites B et C, des pathologies parfois méconnues.

Les hépatites virales B et C sont des maladies chroniques, sans aucun symptôme, qui peuvent conduire à une cirrhose ou un cancer du foie. Dépistées précocement, ces deux hépatites sont sans conséquence.

L’hépatite B s’attrape par voie sexuelle ou sanguine, l’hépatite C s’attrape par voie sanguine. 

Sur le territoire de la métropole de Bordeaux, environ 1500 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite C et l’ignorent. Or, l’hépatite C guérit avec un traitement en comprimés d’une durée de 2 à 3 mois.

Environ 9000 personnes sont infectées par le virus de l’hépatite B. Or, prise en charge, l’hépatite B est sans conséquence.

L’objectif fixé par l’OMS (Organisation Mondiale de la santé) est clair : éliminer les hépatites virales B et C d’ici 2030. Cet objectif est possible grâce à des traitements très efficaces. 

Le dépistage, un geste fondamental

Chacun d’entre nous peut être porteur de ce virus sans le savoir, depuis des années… 

Le dépistage est alors primordial ; il est réalisé grâce à une simple prise de sang.

Le dépistage, c’est toujours une bonne nouvelle, quel que soit le résultat :

  • – si le test est négatif, c’est qu’il n’y a aucune infection, tout va bien.
  • – si le test est positif, une prise en charge adaptée permet d’éviter le risque de cirrhose et de cancer. 

Le CHU et de Bordeaux et l’ensemble des partenaires de l’opération se mobilisent très fortement pour faire connaître l’intérêt du dépistage. Bordeaux, première métropole française sans hépatite virale !

Contacts presse 

Pr Victor de Lédinghen 
victor.deledinghen@chu-bordeaux.fr

Pour en savoir plus. : info.bmshv@chu-bordeaux.fr 
 Voir le communiqué au format pdf => ICI

Les partenaires de l’opération :

Sources : BMSHV
Mis en ligne le 18/01/2022
MD