Author Archive Michel DURIEUX

L’épidémie de grippe atteint son pic en Nouvelle-Aquitaine : Protégez-vous !

Le super-héros malade porte son masque sur la bouche et le nez.

Lorsque vous avez de la fièvre et que vous toussez, il est conseillé de porter un masque, comme le super-héros, sur la bouche et le nez.

L’ARS Nouvelle-Aquitaine, en collaboration avec de nombreux acteurs de la santé de la région a choisi de mener une campagne de sensibilisation ciblée sur ce geste barrière qu’est le port du masque afin d’inciter à son usage en cas de symptômes de maladies infectieuses.

Retrouvez toutes les informations et conseils sur le site Internet de l’Agence Régionale de Santé de la nouvelle Aquitaine.

https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/port-masque

Projection du film “réparer les vivants”…

Ce film est tiré du livre de Maylis DE KERANGAL portant  le même titre. Vous en trouverez une description sur notre site dans le menu :
 Documentation / Bibliothèque

La projection sera suivie de témoignages et d’échanges en présence de :

  • Dr. Julien ROGIER, Médecin anesthésiste-réanimateur
    Coordonnateur du prélèvement d’organes et de tissus au CHU de Bordeaux
  • Bernard PAQUIER, Greffé du foie à Bordeaux en 2013

UGC CINÉ CITÉ BORDEAUX
13-15, rue Georges Bonnac

33000 BORDEAUX

Tarif unique : 9,5 €

 

Activité du prélèvement et de la greffe d’organes en 2018

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une baisse limitée grâce à la mobilisation des professionnels de santé. Communiqué de l’agence de Biomédecine.

En automne dernier, nous avions informé que l’activité de prélèvement et de greffe d’organes présentait un plateau, voire pour certains mois une baisse d’activité, dans certaines régions alors même qu’il n’y a pas d’augmentation du taux de refus.

Aujourd’hui, nous vous confirmons cette baisse d’activité en 2018 après 8 années de hausse. Alors que le début de l’année 2018 laissait présager une baisse sensible de l’activité, tous les acteurs du prélèvement à la greffe se sont mobilisés et ont permis de redresser la tendance pour limiter la baisse d’activité à – 5 % (tous organes confondus, sauf dans les DOM et pour les greffes dites « Maastricht III »).

L’estimation pour 2018 est donc de 5 781 greffes (tous organes confondus), soit 324 greffes de moins qu’en 2017 (- 5 % environ) :

  • 281 greffes grâce à un don de type « Maastricht III » (234 en 2017 soit + 20 %),
  • 551 greffes à partir de donneurs vivants (629 en 2017, soit – 12 %),
  • 1 743 donneurs en état de mort encéphalique (1 796 en 2017, soit – 3 %) ayant permis 5 353 greffes.

Malgré cette baisse d’activité, des constats encourageants sont à noter :

  • Le taux de refus exprime une tendance à la baisse (33 % en 2016, 30,5 % en 2017 et 30 % en 2018),
  • Un regain d’activités sur les derniers mois de l’année 2018 (au lieu d’une baisse attendue de l’ordre de 10% au vu des premiers mois de l’année, 2018 s’est terminée avec une diminution de 5 % de l’activité),
  • Les prélèvements de type « Maastricht III » poursuivent leur augmentation en 2018. 281 greffes d’organes au cours de l’année 2018 (234 en 2017, soit + 20 %),
  • Une augmentation inédite de l’activité de prélèvements et de greffes dans les DOM.

L’ensemble de ces informations est présenté dans le communiqué de presse de l’agence de Biomédecine du 11 janvier 2019  que vous pouvez télécharger => ICI

Sources :
Isabelle THEOPHILE
Agence de la biomédecine
Direction de la communication et des relations avec les publics
Chargée de communication Organes-Tissus
mis en ligne le 14/01/2019

Dialyse rénale : soirée projection et débat autour du film « Le temps retranché »

Jeudi  14 décembre 2018, soirée à l’UTOPIA autour du film « Le Temps Retranché » organisée par France Rein, en présence du réalisateur Benjamin Silvestre, lui-même dialysé, de la productrice et du docteur Laurent Rubin néphrologue au CHU de Bordeaux.

Le film nous fait  pénétrer dans le quotidien de Siham, Anne-Sophie, Mélissa et Frédéric, en insuffisance rénale terminale et contraints de faire appel à une machine, 4 heures 3 fois par semaine, certains depuis l’adolescence, pour remplacer leurs reins défaillants et continuer à vivre.

Nous partageons leurs moments, difficiles, l’annonce du diagnostic, douloureux, l’instant si délicat du « branchement » à la machine. Leur solitude face à leur destin, le temps qui ne passe pas assez vite alors que le monde extérieur continue sa course. La fatigue et la difficulté de faire comprendre aux autres ce qu’ils  doivent affronter.

Heureusement, il y a aussi l’amitié et les moments de plaisir lorsque, pour Noël, il leur est permis de déguster des huîtres et un verre de vin blanc pendant la séance.

Mais, malgré ce quotidien si difficile, ils gardent l’espoir, d’être greffé, de faire enfin ce grand voyage ou, pourquoi pas, d’avoir un enfant. Même s’ils savent que le risque de rejet et de retour en dialyse sera toujours présent

A l’issue de ce très beau film, un débat animé a clos la projection, puis chacun est reparti, plus riche de ces expériences partagées.

Voir la bande annonce => ICI

Un article de Christine GASSY
Mis en ligne le 07/01/2019

AMATHSO vous présente ses meilleurs voeux

Que cette nouvelle année soit pour vous et vos proches une source intarissable de petits et grands bonheurs,  qu’elle vous permette de réaliser vos projets les plus fous et qu’elle préserve votre bien le plus précieux : une  bonne santé.

Comme le message subliminal de notre carte de vœux le laisse entendre, je forme également le vœu, au nom de notre association, que tous les  patient(e)s en attente de greffe puissent bénéficier rapidement de ce magnifique cadeau, ce don de vie.

Lucien ROUGIER
Président de l’AMATHSO

 
Mis en ligne le 07/01/2019
 

 

Décès de Mme GUILLERE

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Madame Marie Odile GUILLERE .

Adhérente de longue date, elle lutais avec courage depuis longtemps contre la maladie. Ses obsèques se dérouleront lundi à 14h30 à Saint Ciers sur Gironde.

Nous avons une pensée affectueuse pour elle, son époux et sa famille.

Prendre son traitement… pas si facile !

Une formation proposée
par la  fédération TRANSHEPATE
et FRANCE ASSOS SANTE

 « J’accompagne des personnes porteuses de maladie chronique ; il est parfois difficile pour elles de prendre leur traitement, ce qui les rend moins efficaces et a des répercussions sur leur état de santé. C’est un enjeu de santé publique !

Il n’y a pourtant pas de « bons » ou de « mauvais » patients, mais des situations favorables ou défavorables liées à des facteurs démographiques, socio-économiques, dues au système de soins et à l’équipe soignante ou spécifiques à la pathologie (symptômes, pronostic) et au traitement (effets indésirables, disponibilité, durée…). Comment alors aider les patients à mieux y adhérer, ou à discuter avec les professionnels pour que leur traitement leur soit mieux adapté? »

Un colloque du CISS en 2015 a proposé des recommandations pour améliorer l’adhésion au traitement. France Assos Santé vous propose une journée de formation pour les mettre en œuvre dans nos actions quotidiennes, et aider le patient à ne pas subir sa situation et ses soins.

OBJECTIFS DE LA FORMATION :

  • Comprendre les enjeux de l’adhésion au niveau individuel, et pour le système de santé
  • S’impliquer dans le soutien thérapeutique pendant l’hospitalisation et en ambulatoire
  • Identifier les différentes possibilités d’actions associatives et les conditions de mise en œuvre pour accompagner les usagers dans la gestion de leur traitement en préservant leur qualité de vie.
  • Partager et élaborer des supports éducatifs pour travailler sur la question de l’adhésion aux traitements (au niveau national ou en région).

CE DONT NOUS PARLERONS

  • L’adhésion au traitement, une question de santé publique.
  • Les idées reçues et la réalité de l’adhésion aux traitements
  • Le désir de se soigner : comment l’entretenir ? Quelles aides possibles ?
  • Le soutien thérapeutique associatif : spécificités et modalités
  • Les supports pour travailler la question de l’adhésion : pourquoi, quand et comment ?

PUBLIC CONCERNE 

Acteurs associatifs impliqués dans l’ETP et des actions éducatives, membres des associations adhérentes de France Assos Santé

Pré-requis : venir avec un support ou un projet de support de soutien auprès des personnes en traitement à utiliser dans votre association

Date des formations (durée = 1 jour)

  • 21 janvier 2019, de 9h30 à 17h00 à Paris,
  • 31 janvier 2019, de 9h30 à 17h00 à Rennes

Lieu : 

  • Siège de Transhépate, 6 rue de l’Aubrac — 75012 Paris
  • Maison associative de la santé, 7 rue de Normandie —  35000 Rennes

Coût : gratuit pour les bénévoles membres des associations adhérentes de France Assos Santé – remboursement des frais

Si vous souhaiter participer à cette formation, prenez contact avec votre  association AMATHSO
en utilisant le formulaire ci-contre, nous  vous enverrons le dossier d’inscription


Pour noël faites un geste qui peut sauver une vie…

Faites un geste qui peut sauver une vie. Parlez en autour de vous et faites connaître le don de moelle osseuse.

Le don de moelle osseuse est vital, il permet chaque année à des centaines de personnes de guérir de maladies graves du sang, comme les leucémies.

Cependant, il reste encore trop peu connu et pâtit de nombreuses idées reçues. La plupart des gens ont peur de donner leur moelle osseuse car ils confondent la moelle osseuse et la moelle épinière et s’imaginent que le prélèvement se fait dans la colonne vertébrale. Pourtant, 3 prélèvements sur 4 s’effectuent par prise de sang. Et 1 prélèvement sur 4 s’effectue par une procédure chirurgicale simple au niveau de l’os du bassin (rien à voir avec la colonne vertébrale !).

A l’occasion de Noël, faites-le plus beau des gestes ! Inscrivez-vous sur le registre des donneurs de moelle osseuse et offrez à un inconnu une chance supplémentaire de guérison !

Aidez-nous à faire connaître ce don en postant une photo de vous avec votre plus beau pull de Noël, manche remontée sur vos réseaux sociaux, accompagné de ces quelques mots : « Donner sa moelle osseuse n’est pas si contraignant et peut aider à sauver une vie ! Dans 75% des cas, ce don se fait par une prise de sang. Pour Noël, comme moi, faites-le savoir ! #LeplusBeauPulldeNoël. Plus d’infos sur dondemoelleosseuse.fr »

En savoir plus …
Comment se passe le don ?
Qui peut donner ?
A qui sert le don ?
Comment rejoindre le registre des donneurs volontaires ?

L’interview du Dr Evelyne Marry, Directrice prélèvement et greffe de cellules souches hématopoïétiques de l’Agence de la biomédecine

Les 100 ans de la ligue contre le cancer

Le 14 décembre 2018, à l’occasion du Centenaire de la Ligue contre le cancer, L’Institut Bergonié et son Directeur M. Mahon recevait le Président de la Ligue Gironde ainsi que le Président de la Ligue Landes, et tous les ligueurs.
A cette occasion, un don de 75 000 euros a été remis à l’Equipe labellisée du Dr Alain Monnereau installé à l’Institut Bergonié par les comités conjoints de la Gironde et des Landes. Cette équipe sera financée chaque année pendant 5 ans. Un sacré coup de pouce.
Un Espace sans tabac, label Ligue contre le cancer, a été inauguré également dans l’enceinte de l’Institut Bergonié, après signature de la convention officielle.
Enfin, l’exposition “100 ans de la Ligue” illustrant toute l’implication et les progrès réalisés et soutenus par la Ligue depuis la création de notre association a été inaugurée. 4 jeux d’exposition sont répartis dans divers endroits de l’Institut afin que tous puissent en profiter. Merci à l’Institut Bergonié, à Gérald Carmona et son équipe

AMATHSO participait à cette sympathique soirée Bordelaise du centenaire de la ligue contre le cancer.

Mis en ligne le 14 décembre 2018
M.Durieux

Communiqué de Presse de France Assos Santé

Communiqué de presse du 5 décembre 2018 publié par France Assos Santé
et relayé par la fédération nationale TRANSHEPATE.
-=-=-=-=-=-=-=-

NE CASSONS PAS LA FRANCE :
NE PRENONS PAS LE RISQUE DE TOUT PERDRE

Avec plus de 3 millions d’adhérents, nous, Union Nationale des Associations Agréées du Système de Santé, représentons l’ensemble des usagers. Nous agissons au quotidien pour améliorer l’accès aux soins pour tous. En 2018, cet accès n’échappe pas aux inégalités sociales, nous en sommes conscients. Néanmoins, aussi imparfait soit-il, notre système de santé permet de nous soigner tous. Ne détruisons pas cet acquis fondamental.

La colère de certains est légitime. Mais la colère, ce n’est pas la violence : casser, c’est prendre le risque de tout perdre.

Les valeurs qui nous animent et qui ont présidé à la création de notre système social à la sortie de la guerre, en 1945, doivent demeurer les piliers de notre société. Aujourd’hui, plus que jamais. La démocratie est notre seule garantie.

Sans méconnaitre les réalités quotidiennes des territoires, ouvrir une large discussion avec une réelle prise en compte des “cahiers de doléance” de nos concitoyens, se donner les moyens d’une véritable co-construction : voilà la seule voie de la sagesse. 

NE CASSONS PAS LA FRANCE : NE PRENONS PAS LE RISQUE DE TOUT PERDRE

-=-=-=-=-=-=-=-

Communiqué de Presse de France Assos Santé
Celine Reuilly – 06 18 13 66 95 –communication@france-assos-sante.org
 
Téléchargez le communiqué au format pdf